Chauffage électrique accumulateur

De loin le plus économique des radiateurs électriques ! Il emmagasine l’énergie pendant les heures creuses pour la restituer tout au long de la journée.
D’où la nécessité de souscrire un abonnement avec un compteur jour et nuit.

accumulateur de chaleur
Le fonctionnement :
Un bloc accumulateur, constitué de briques réfractaires à forte densité et d’une résistance électrique, emmagasine la chaleur nécessaire en fonction de la
température extérieure et la restitue au moyen d’un système de rayonnement. Il existe deux types d’appareils accumulateurs : le radiateur à accumulation
statique compensée, sans dispositif de ventilation, et le radiateur à accumulation dynamique dont le bloc accumulateur est muni d’une circulation d’air
pulsé. Ce dernier appareil, hautement performant, utilise trois systèmes : rayonnement, accumulation et ventilation chaude, ce qui procure une chaleur
uniforme du sol au plafond. Cette fonction permet de régler avec précision la température de chaque pièce.

L’installation :
Les accumulateurs sont très puissants (de 1200 à 7500 W). Ils sont particulièrement indiqués pour les logements anciens, difficiles à isoler ainsi que pour
les pièces à vivre en raison de leur chaleur enveloppante. Il est par contre nécessaire de bien dimensionner les radiateurs en fonction du volume des pièces
et de l’état de l’isolation, car si les appareils sont trop petits par rapport à la taille des pièces, et/ou des entrées d’air, une baisse de température
pourrait intervenir pendant les heures creuses.
Le bloc accumulateur ne serait pas assez puissant pour emmagasiner la chaleur nécessaire.

Les avantages :
Les radiateurs à accumulation permettent une économie de 15 à 20 % sur la facture d’électricité. La charge peut être optimisée en fonction des besoins
thermiques (conditions climatiques, état du logement, mode de vie) et les consommations peuvent être diminuées grâce à la programmation d’un gestionnaire
d’énergie.

Les inconvénients :
Malgré ses performances, le grand économe de la famille des chauffages électriques reste lourd (50 kg par kW), encombrant (jusqu’à 45 cm d’épaisseur) et lent
à mettre en route (parfois jusqu’à 8 heures pour se charger). Et les nouveaux modèles entièrement relookés peuvent coûter cher (+ de 1000 € !).